Un voyage dans la cité éclairée de Kamsar

Obnubilé par l’idée de se requinquer hors de Conakry, j’entreprends une sortie cette fois-ci en dehors de la capitale guinéenne teintée de brouhahas assourdissants. Longtemps claquemuré dans cette zone littorale, le désir de m’y extirper m’enthousiasme vivement. Raison davantage pour rompre l’habitude et changer d’air vers la cité éclairée de Kamsar.

Environ 3 heures écartent Conakry-Kamsar. Départ prévu à 12h. A première vue, les abords routiers m’ont consterné durant le trajet. Le paysage dénote une aridité sévère causé par le manque d’eau. Les environs de la route sont crevassés. Les feuilles ont perdu leurs couleurs à cause de la chaleur. L’environnement parait désertique et non arbustif. Ceci explique le déversement de toute cette chaleur à Conakry.

La prière de 16h nous trouve dans la cité. Quelle aubaine ! Nous dégotons un hébergement chez un ami où le confort bat son plein. Exténuation d’un jeune conakryca suite au voyage, j’extirpe ma lassitude devant un écran plat et sous un climatiseur. La température me vivifie agréablement. Ouf de soulagement !

Kamsar

Pixabay – Une vue de la nature sur la route

Dans la cité de Kamsar

En effet, Kamsar est une des villes les plus organisées du pays. Exclusivement monopolisée par la CBG (compagnie bauxite de Guinée), la cité de Kamsar a accès à des ressources hydrauliques et électriques en permanence. Situé en bordure de l’océan au nord-ouest, l’accès à la pêche est commode. Visitons la cité de Kamsar chers lecteurs.

A la différence de Conakry, l’écart se fait sentir. L’éclat et l’organisation de la cité impressionnent à plus d’un titre. Piqués d’une dose extraordinaire de civisme, ses habitants passent leur quotidien sans ambiguïté. Accompagné de mes amis, j’ai sillonné la cité pour plus de clairvoyance. Le soir, nous entamons une promenade dans les ruelles bien bitumées de la cité.

Sur la route, nous discutons chaudement sans pression psychologique ni hésitation. Les habitants de Kamsar nous observent avec stupeur. A l’évidence, la cité tombe dans l’accalmie totale vers les 23h.

Du côté nord-ouest de la cité, en traversant le quartier Camp-palanta, vous pouvez remonter vers le port de Kamsar. Nous avons traversé la base de surveillance et de la protection des pêches, de l’aquaculture. Sur place, un quai aménagé vous y mène en vous laissant entrevoir de part et d’autre des pirogues en stationnement.

Le long du quai regorge des charrettes de glaces ; et des femmes cherchant leur quotidien. De loin, j’y remarque un bateau de couleur sombre. En voilà sûrement un exportateur de bauxite. Ouais, Kamsar et Sangaredi sont des zones minières.

Il est inéluctable que notre Guinée a une réserve importante de ressources minières. Mais le guinéen lambda ne cesse d’accoucher ses plaintes. Kaleta bègue toujours (délestage pendant les temps chauds). L’insalubrité a battu le record dans la capitale Conakry, le manque d’emploi, le panier de la ménagère va au pire… Gouverner c’est prévoir ; dirai-je simplement.

Une organisation impeccable

Une vue sur la mer

Une vue sur la mer – Pixabay

Subjugués par l’organisation de la cité, mes amis et moi avons créé un néologisme en l’occurrence : « tout est CBTISER ». C’est dire que la CBG est le poumon de Kamsar. Elle s’occupe de tout. Le lotissement, la fourniture constante d’eau et d’électricité et les denrées. De plus, l’octroi des maisons aux travailleurs de ladite compagnie. Ses avenues serpentées sont bondées d’habitats simples et facilement identifiables par des numéros.

Chaque maison située le long des ruelles dispose d’un numéro d’identification débutant par une lettre. Juste devant chacune d’elle, une poubelle posée dénote le même numéro. En clair, chaque bâtiment à son numéro et une poubelle. De ces numéros qui débutent par des lettres C, X, B résident les boss. Chacune des lettres est un signe déterminant la classe sociale du résident. La durée de logement est définie pour chaque travailleur de la CBG. Cette organisation incroyable marque à plus d’un titre. La CBG se charge de tout.

Ce qui m’a encore frappé, c’est l’accalmie et la propriété qui y règnent. Jamais cette cité ne m’a paru similaire à Conakry. La petite cité renferme une propreté exemplaire. Et chaque matin que Dieu fait, chaque citoyen balaie sa devanture et range les immondices dans sa poubelle. Ces dépotoirs sont aussitôt vidés par les nettoyeurs qui y passent de temps en temps. L’atmosphère qui y plane est agréable. Personne ne dérange son voisin. Avec cette lumière toujours constante, les ruelles démontrent une clarté inouïe. J’adore cette cité. Franchement !

The following two tabs change content below.
mousbayoro
Bienvenue sur mon blog Esprit Jeune, qui s’intéresse à l'éducation, au numérique, à la jeunesse et à la culture. Parlons-en. Blogueur depuis 2014, passionné de l'informatique, de la lecture et du voyage....

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*